01182018Headline:

Air France prépare un plan de 2.800 départs volontaires – Le Parisien

À l’approche de la célébration de ses 80 bougies, le 7 octobre prochain, s’offre un lifting douloureux. Alors que la compagnie est engagée dans un vaste plan de restructuration, la direction a prévu d’informer les représentants du personnel, ce mercredi, sur la situation des bases de province et sur les nouvelles suppressions de postes annoncées fin juillet, déjà chiffrées à plus de 2 500 départs volontaires.

Selon la direction, ce comité central d’entreprise doit constituer un «point d’étape» sur ces sujets. «Nous réservons aux CCE des 18 septembre et 4 octobre le chiffrage précis qui sera établi sur la base des travaux effectués cet été, a expliqué un porte-parole de la compagnie. Mais il n’y a pas de changement par rapport au projet de réduction de postes qui avait été établi sur la base d’un peu plus de la moitié du sureffectif identifié en 2012 qui était à l’époque de 5 122 équivalents temps pleins».

Ce plan de restructuration du groupe Air , engagé il y a un an et demi, est destiné à réduire à la fin 2014 de 2 milliards d’euros la dette nette, qui était de 6,5 milliards d’euros en 2012. Si la restructuration déjà mise en oeuvre s’est traduite pour le groupe par des résultats en nette amélioration au deuxième trimestre 2013. D’avril à juin, Air France-KLM a divisé par cinq sa perte nette à moins de 163 millions d’euros.

Les modalités du plan de départ pas encore connues

Reste que pour les syndicats, les points d’interrogation sont encore nombreux. La direction, qui n’a pas encore dévoilé la répartition de ces nouvelles coupes entre les différents personnels (sol, pilotes, hôtesses et stewards). Par ailleurs, les modalités exactes de ce plan ne sont pas encore connues: plan de départs volontaires, non-remplacement des départs naturels, temps partiels, congés sans solde… De plus, les syndicats craignent que ce plan ne recueille pas assez de souscriptions et demandent à la direction des garanties pour les salariés dont les postes sont supprimés.

Au dela de l’aspect purement humain, les représentants du personnel veulent avoir davantage d’explications sur la stratégie que va adopter la compagnie concernant deux points noirs: les vols cargo et les moyens courriers concurrencés par les compagnies low cost. L’activité cargo d’Air France-KLM a enregistré en 2012 une perte de 212 millions d’euros. Et au premier semestre 2013, le chiffre d’affaires du cargo a encore reculé de 7 %. Progressivement cette flotte d’une quinzaine d’appareils d’Air France et de KLM devrait être supprimée.

C’est pourquoi un bilan des bases de province, pour lesquelles la direction examine différents scénarios, sera également dressé au cours du CCE. Mises en place pour contrer les compagnies low cost, les bases de Marseille, Nice et Toulouse ont jusqu’à présent produit des résultats insuffisants pour renouer avec les bénéfices. Les syndicats craignent que la compagnie externalise certains services. Le rôle de Transavia, la filiale low cost d’Air France, doit aussi être évoqué.

Dans l’après-midi, Frédéric Gagey, le PDG d’Air France qui sera auditionné à l’Assemblée nationale pourrait en dire plus. 


Économie – Google Actualités

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment

*

code