07232017Headline:
escort beyoglu

C’est le grand rush dans les maternités – Le Parisien

Paris (XVIIe), hier. Lou, dans les bras de sa maman, Lucie, a été conçue pendant les fêtes de fin d’année, comme deux fois plus de bébés que n’importe quel autre jour de l’année. ( (LP/Matthieu de Martignac.) )

Elle porte un petit bonnet blanc et ses yeux sont tout juste entrouverts. Lou est née, il y a deux jours, à la maternité Sainte-Thérèse, à , en pleine période de pointe! Normal, le 23 septembre est le jour où il y a le plus de naissances dans l’année. Un véritable baby-boom qui s’étale sur une semaine.

« Le médecin nous a d’abord annoncé que Lou avait été conçue le 1er janvier, puis a ensuite rectifié en nous disant le 29 décembre », se souvient Lucie, 30 ans, en lançant un regard lumineux et complice au papa, Florian.

« On ne peut pas vraiment être sûrs du jour précis, comme on n’a pas de calendrier de nos ébats », plaisante Lucie, un immense sourire dessiné sur son visage. « Mais ça ne nous surprendrait pas que ce soit le soir du Nouvel An, c’était une bonne soirée! On était un peu éméchés », s’amuse Florian.

Depuis les années 1970, la Saint-Sylvestre serait bel et bien à l’origine d’un pic de naissances fin septembre, centré sur le 23, selon une étude de l’Institut national d’études démographiques (Ined) datant de 2011 et qui continue de se vérifier dans toutes les maternités de , comme à Port-Royal, dans le sud de , où l’on réalise plus de 4000 accouchements par an. La journée d’hier s’est déroulée à un rythme très élevé, « c’était déjà assez chaud cette nuit et aujourd’hui on n’arrête pas », commente une urgentiste. Dix-huit naissances ont eu lieu en vingt-quatre heures, affirme une auxiliaire puéricultrice, alors qu’un jour classique tourne plutôt autour de onze.

Un pic de bébés devenu un argument commercial

« Les conceptions qui donnent lieu à une naissance sont presque deux fois plus nombreuses ce jour-là (NDLR : le soir du 31 décembre) que tout autre jour de l’année », détaille l’Ined. A la maternité Sainte-Thérèse, où 1600 enfants naissent chaque année, ce 23 septembre est largement au-dessus de la moyenne de quatre par jour, avec six accouchements déjà programmés. « Et on ne compte pas les spontanés, il peut y en avoir jusqu’à sept ou huit », lance Joanna, en tenue de bloc magenta.

Selon l’Ined, les couples cherchant à concevoir sont « plus nombreux à être réunis la nuit du 31 décembre et donc à avoir des rapports sexuels […] s’ajoute à cela une moindre vigilance contraceptive pour les autres ». Pour Florian et Lucie, la mise en route de leur deuxième enfant s’est décidée à peine un an après la naissance du premier, avec un simple arrêt de pilule début décembre. Mais pour Caroline, maman d’une petite fille qui fêtait hier son troisième anniversaire, la grossesse était un accident : « Nous n’avions pas prévu de faire un enfant à ce moment-là et les médecins nous ont dit qu’on l’avait conçu le 1er janvier selon leur calcul! »

Ce pic de bébés est même devenu un argument commercial pour une boutique de cadeaux. La marque vient de baptiser les 23 et 24 septembre Birthday Days, les jours où sont fêtés le plus d’anniversaires.


Santé – Google Actualités

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment

*

code

trapez sac fiyatlari kacak bahis