07212017Headline:
escort beyoglu

Clostridium difficile : plus de 40 personnes infectées à Marseille – Le Nouvel Observateur

Depuis ce printemps, plus de quarante cas d’infections par une souche pathogène de la bactérie Clostridium difficile ont été recensés dans les Bouches-du-Rhône.

Sur le même sujet

Depuis le mois de Mars, une épidémie due à une souche mutante de la bactérie Clostridium difficile dénommée 027 sévit dans les établissements sanitaires des Bouches-du-Rhône. Elle reste pour le moment circonscrite à ce département et le nombre de cas (41) est limité. Néanmoins ce pathogène provoquant des diarrhées graves pouvant causer la mort, chez les personnes âgées fragilisées, les autorités sanitaires ont mis en place des mesures de surveillance et d’isolement pour les malades concernés.

Une bactérie nouvelle en PACA

Le Clostridium difficile 027 est apparu dans les années 2000 aux Etats-Unis puis a gagné l’Europe. La contamination se fait par voie oro-fécale et la bactérie se transmet de personne à personne par manu-portage ou à partir de l’environnement contaminé. « La France était jusqu’ici relativement épargnée avec un seul épisode épidémique dans la région lilloise en 2006-07. Mais cette souche 027 est dangereuse car elle est très contagieuse et peut entrainer une mortalité importante » souligne le Pr Didier Raoult, spécialiste des maladies infectieuses et directeur du laboratoire de bactério-virologie de la Timone à Marseille. Le chercheur évoque une mortalité de 30% pour les premiers cas analysés. Un chiffre que relativise l’Agence régionale de santé (ARS) qui souligne que les personnes décédées étaient âgées et souffraient de plusieurs pathologies.

ANTIBIOTIQUES. Le germe ne frappe pas au hasard : il est particulièrement délétère chez les personnes âgées (la moyenne d’âge des patients atteint oscille entre 75et 80 ans) qui ont auparavant été traitées par antibiothérapie. Des traitements qui altèrent la flore intestinale et qui laissent le champ libre à la bactérie. Face à cette menace, l’Agence régionale de santé (ARS) a mis en place des mesures de surveillance et d’alerte dans les établissements sanitaires de la région et notamment au niveau des EPAD qui accueillent les personnes âgées.

Un germe à rechercher

Pour circonscrire ce début d’épidémie la stratégie repose sur le repérage des cas et l’isolement des malades et l’application de mesures d’hygiène stricte. « Car la bactérie est très difficile à éliminer » insiste le Pr Raoult. « Effectivement, elle est résistante aux solutés hydro-alcoolique utilisés par le personnel soignant pour se désinfecter les mains de même qu’aux produits de nettoyages couramment utilisés dans les hôpitaux » confirme Jean-Christophe Delarozière de l’Antenne régionale de lutte contre les infections nosocomiales (ARLIN). Les établissements de santé doivent donc appliquer des protocoles particuliers pour lutter contre ce Clostridium.

DEPISTAGE. Fort heureusement, l’infection par cette souche 027 est facile à diagnostiquer. Une analyse de selles suffit à la détecter, à condition que cet examen soit prescrit. « Toute personne âgée qui a été traité par antibiotiques et qui souffre de diarrhée doit être dépistée pour le Clostridium » insiste le Dr Francis Charlet, responsable de la cellule Veille et sécurité sanitaire à l’ARS. L’agence s’apprête d’ailleurs à rappeler ces recommandations aux médecins traitants en ville et aux résidents des établissements sanitaires.

Un isolement strict des malades

En cas de diagnostic positif, les malades atteints sont orientés vers les 35 lits d’isolement que détient l’AP-HM (Assistance publique- Hôpitaux de Marseille) pour y être traités. Dans ces services spécialisés des précautions particulières (blouse, gants, désinfections à l’eau de javel) sont adoptées par les soignants, les malades et leurs éventuels visiteurs. Le traitement en lui-même repose sur la réhydratation, une antibiothérapie adaptée mais parfois une prise en charge chirurgicale est nécessaire.

FOYERS. Aujourd’hui ce début d’épidémie semble sous contrôle. Il reste quatre personnes hospitalisées dans le service des maladies infectieuses de l’hôpital Nord mais les foyers d’infections sont éteints estime l’ARS. Néanmoins l’Agence maintient la vigilance et poursuit sa campagne de sensibilisation des médecins libéraux et des professionnels de santé.

Mots-clés : isolement, épidémie, diarrhée, pathogène, maladie infectieuse, clostridium, clostridium difficile, souche 027


Santé – Google Actualités

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment

*

code

trapez sac fiyatlari kacak bahis