01182018Headline:

Copé veut que l’UMP analyse la montée du FN – Le Monde (Blog)

Jean-François Copé sort du déni sur la question du Front national. Après avoir rejeté sur la gauche la responsabilité de la victoire de la formation de Marine Le Pen à l’élection cantonale de Brignoles (Var), le président de l’UMP accepte que son parti se penche sur les causes de la montée de l’extrême droite.

M. Copé a déclaré mercredi 16 octobre qu’il était favorable à la tenue d’« une réunion de travail » à l’UMP pour déterminer ce qui pousse de plus en plus d’électeurs à se tourner vers le parti frontiste. Dans son esprit, cette réunion rassemblerait les cadres du parti de droite « sur la base du volontariat ». L’objectif : définir « une ligne », qui permettrait de contenir la poussée du FN et son emprise sur les sympathisants de droite.

Le maire de Meaux (Seine-et-Marne) a approuvé cette idée lors du bureau politique de l’UMP, à la suite d’une demande formulée par Laurent Wauquiez. Le vice-président du parti milite depuis près de quatre mois pour la constitution d’« un groupe de travail » à l’UMP sur le FN.

>> Lire : Wauquiez appelle l’UMP à revoir sa « stratégie par rapport au FN »

Même s’il avait reconnu à l’époque qu’« une part de l’avenir de l’UMP est en jeu » sur la question du FN, le président de l’UMP n’avait pas donné gain de cause à M. Wauquiez. Aujourd’hui, il ne va pas jusqu’à accepter la proposition de son rival interne, qui consisterait à créer un groupe se réunissant régulièrement. Il n’est favorable qu’à la tenue d’une réunion.

“SOIGNER LA MALADIE”

Laurent Wauquiez plaide de son côté pour un effort plus ambitieux. « Nous devons comprendre ce qui nourrit le vote FN et mener une vraie réflexion stratégique. C’est vital pour l’UMP si on veut soigner la maladie », explique-t-il au Monde, en proposant une méthode : « Il faut voir avec des élus du Sud, de zones rurales, de milieux urbains, de quartiers en difficulté, quels sont les ressorts du vote FN. Lequel ne prospère pas seulement sur le thème de l’immigration mais aussi sur le rejet de la classe politique, l’assistanat ou l’insécurité. »

Pour le maire du Puy-en-Velay (Haute-Loire), la droite doit apporter des réponses concrètes aux électeurs tentés par le FN en proposant par exemple des chèques transports aux périurbains, confrontés à la hausse des prix de l’essence.

« Il faut analyser finement les raisons du vote FN en prenant en compte des critères sociologiques et en travaillant région par région », estime à son tour le député Yves Foulon (Gironde).

“L’UMP DOIT ÊTRE FORTE SUR SES VALEURS”

« Il faut s’occuper de nos propositions, plus que du Front national », recommande de son côté l’ex-ministre Bruno Le Maire. « Sur l’économie, on est très à l’aise mais il faut clarifier nos idées sur l’Europe », souligne-t-il, alors que le parti d’extrême droite est donné en tête des intentions de vote aux élections européennes.

« L’UMP doit être forte sur ses valeurs, préconise à son tour Patrick Devedjian dans un entretien au Monde daté du 17 octobre. Tout ce qui conduit à poser le FN en sujet de débat permanent, en arbitre des élégances de la vie politique française contribue à en faire la promotion. »

>> Lire : M. Devedjian : “L’inventaire n’est pas une machine de guerre contre Nicolas Sarkozy”

Alexandre Lemarié

Cette entrée a été publiée dans Actualité. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. | Alerter |


Gros plan – Google Actualités

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment

*

code