07232017Headline:
escort beyoglu

Cyclisme – Mondiaux sur route Mondiaux 2013 Florence – Course en … – Eurosport.com FR

L’Italie, à domicile, le voulait. L’Espagne, si forte, si dense, l’ambitionnait. La France, secrètement, en rêvait. Mais dimanche soir, le maillot arc-en-ciel, le plus mythique du cyclisme, va rentrer au Portugal. Rui Alberto Faria Da Costa a signé une première historique en étant sacré champion du monde sur route à Florence. Jamais un Portugais n’était monté sur le podium du Mondial depuis la création de l’épreuve en 1927.

Au terme d’une journée dantesque, où les conditions climatiques, très difficiles, ont rendu plus ardu encore un parcours qui l’était déjà suffisamment, Rui Costa a raflé la mise, en réglant au sprint l’Espagnol Joaquim Rodriguez dans un mano a mano épique et tendu.. Juste derrière eux, Alejandro Valverde a dominé Vincenzo Nibali pour le bronze. Mais ce double podium ne saurait satisfaire l’équipe d’Espagne. Pourtant, l’Espagne y a cru. Dans les dix derniers kilomètres, là où les hommes forts finissent toujours par s’isoler, ils sont donc quatre à avoir fait la différence. Le titre ne pouvait plus échapper à Rodriguez, Valverde, Nibali et Rui Costa. Avec deux cartes maitresses, l’Espagne a abattu l’atout Rodriguez. Purito était en tête avec Nibali au sommet du Fiesole, puis il est parti seul.

Nibali a tout tenté

Repris une première fois par le trio de poursuivants, le Catalan en a remis une couche. On le croyait alors en route pour la gloire. Mais pour son plus grand malheur, Rui Costa est sorti en contre, avant de fondre sur lui à moins de 500 mètres de la ligne. Plus frais, le Portugais, très habile tactiquement dans le final, l’a logiquement dominé au sprint. Malgré sa supériorité numérique, l’Espagne n’a donc pas réussi à décrocher ce titre qui la fuit depuis 2004. Alejandro Valverde est resté fixé sur Nibali lorsque Rui Costa a contré derrière Rodriguez. Mal lui en a pris. S’il avait accompagné le Lusitanien, sans doute aurait-il décroché le titre. Des quatre, il possédait sans doute la meilleure pointe de vitesse.

Nibali, lui, n’a rien à regretter. L’Italien a été héroïque. Assumant jusqu’au bout son rôle de leader de la Squadra, qui a beaucoup travaillé dimanche sur ses terres, à Florence, Nibali, victime d’une chute à 35 kilomètres de l’arrivée, a trouvé les ressources pour revenir, puis pour attaquer dans le dernier tour. Mais il s’est retrouvé pris dans un étau ibérique. Pas de regret non plus pour l’équipe de France, à sa place. Il lui a manqué un vrai grand leader capable de tenir la distance sur plus de 270 kilomètres. Thomas Voeckler était trop juste pour être celui-ci. Arthur Vichot, premier Tricolore, termine 18e. La France attend son heure depuis maintenant 16 ans. Le Portugal, lui, attendait depuis toujours.

 – Eurosport


Sport – Google Actualités

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment

*

code

trapez sac fiyatlari kacak bahis