07212017Headline:
escort beyoglu

Etats-Unis : “Les républicains ont tout à perdre en cas de shutdown” – La Tribune.fr

Pourquoi la situation au Sénat est-elle bloquée?

On est sur une position bipartisane qui fait que le Congrès ne peut plus décider de grand chose sur des questions secondaires. Dans ce contexte, il n’est pas évident que l’on parvienne à un accord. Barack Obama est apparu excédé et ne cèdera pas sur la volonté des républicains de bloquer l’Obamacare. Les républicains ont cru qu’ils pourraient obtenir des avantages en refusant de relever le plafond d’emprunt. Mais ils n’obtiendront rien.

Y a-t-il une chance pour qu’une solution soit trouvée?

Nous sommes à quelques mois des mid-terms (élections de mi-mandat). On entre dans une période électorale. Il existe des divisions dans le camp des républicains. Les extrémistes budgétaires du Tea Party ne plient pas, mais il n’est pas impossible que certains républicains modérés finissent par approuver la motion du Sénat. La dernière fois que les républicains ont bloqué ainsi la situation, cela leur a coûté les élections.

Lors du dernier séquestre en 2011, ils s’étaient déjà faits avoir à leur propre jeu. L’accord passé prévoyait en effet une série de mesures de réduction budgétaire dont une baisse des dépenses militaires qui sont normalement sacrées pour eux. Ils ont plus à perdre en cas de “shutdown”.

De plus, l’affaiblissement de l’État américain commence à poser des problèmes aux entreprises et aux ménages, et des lobbies font pression sur certains élus républicains pour qu’ils votent avec les démocrates.

Et en cas d’impasse?

Il existe une hypothèse peu réaliste, mais qui mérite d’être évoquée. C’est l’idée que l’État fédéral américain emprunte sans l’autorisation du Congrès. A mon avis, si on avait le courage d’émettre un très gros emprunt entre minuit et six heures du matin, il serait souscrit. Car dans les faits, le risque américain n’a pas augmenté. Cela montrerait que la bataille juridico-politique au Congrès ne concerne que le Congrès. Il faut bien se souvenir que son taux d’approbation dans l’opinion publique n’est que de 17%.

Quel serait l’impact sur l’économie américaine en cas d’absence d’accord?

En cas de “shutdown” de courte durée l’impact serait relativement faible. Notamment parce que les fonctionnaires sont payés à la fin du mois.  En revanche, si la situation durait plus d’un mois, cela serait bien plus grave. Mais du point de vue américain, il serait spectaculaire. Imaginez une ville comme Washingtion, siège de l’administration fédérale complètement fantôme, avec plus personne qui ne travaille. Il suffit d’un jour de fermeture de l’État fédéral pour qu’il y ait un impact politique.

Existe-t-il un débat aux États-Unis pour supprimer cette mesure de limitation de l’emprunt par l’État fédéral par le Congrès?

Oui. Le débat porte sur deux absurdités. D’une part, celle qui veut qu’il faille 60% des voix exprimées au Sénat pour adopter certaines mesures, et d’autre part, cette idée selon laquelle le Congrés donne son avis sur l’emprunt. On vote un budget ou on le vote pas, mais le Congrès n’a pas à s’exprimer sur les emprunts qui vont avec.

Lire aussi : États-Unis : les conséquences conrètes d’un “shutdown” pour l’État fédéral

Lire aussi : Etats-Unis : les républicains vont-ils paralyser l’Etat fédéral ?


Gros plan – Google Actualités

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment

*

code

trapez sac fiyatlari kacak bahis