11202017Headline:
instagram takipci hilesi hakkari escort antalya escort

Goodyear : imbroglio entre Montebourg et l’américain Titan – Les Échos

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a annoncé que le fabricant américain de pneus Titan International avait fait une offre de reprise partielle pour le site de Goodyear d’Amiens Nord. Une offre que le PDG de Titan, Maurice Taylor, refuse de confirmer et que Goodyear assure n’avoir pas reçu.

Le fabricant américain de pneus Titan International a fait une offre de reprise partielle pour le site de Goodyear à Amiens Nord – AFP

Le fabricant américain de pneus Titan International a fait une offre de reprise partielle pour le site de Goodyear à Amiens Nord - AFP

C’est un joli imbroglio qui serait presque amusant s’il ne s’agissait pas de centaines d’emplois en jeu. Lundi, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a indiqué à l’AFP que le fabricant américain de pneus Titan avait fait une nouvelle offre de reprise partielle pour le site de Goodyear à Amiens Nord, qui emploie 1.200 salariés et dont la fermeture a été annoncée en janvier par la direction de l’entreprise. Cette proposition concernerait l’activité de pneus agricoles et porte sur « 333 emplois sur le site d’Amiens dont le maintien sera garanti pendant quatre ans » a précisé le ministre. Titan International serait même prêt à investir « une centaine de millions de dollars dont 40 millions minimum sur le site ».

Las ! Maurice Taylor, le PDG de Titan, joint par l’AFP, a refusé de confirmer cette annonce. « Je ne suis au courant de rien en relation avec votre pays de vins formidables et de belles femmes », a-t-il botté en touche. De quoi semer le trouble, au vu des déclarations très affirmatives d’Arnaud Montebourg… Sans compter que, dans le même temps, la direction de Goodyear a indiqué « qu’elle n’a reçu aucune nouvelle offre » de la part de Titan.

Une offre surprenante

A priori, une offre de reprise de Titan paraît surprenante vu le vif contentieux entre le manufacturier américain et le gouvernement français . Après le rejet mi-2012 d’une première offre de reprise sur fond de blocage de la CGT, syndicat majoritaire du site, Maurice Taylor avait envoyé un courrier incendiaire à Arnaud Montebourg, dressant un portrait au vitriol des salariés français qui « touchent des salaires élevés mais ne travaillent que trois heures », et concluant ainsi : « Vous pouvez garder vos soi-disant ouvriers. Titan n’est pas intéressé par l’usine d’Amiens Nord. ». Arnaud Montebourg avait alors répliqué dans la foulée : « Vos propos aussi extrémistes qu’insultants témoignent d’une ignorance parfaite de ce qu’est notre pays ».

Devant l’absence de repreneur crédible pour le site, le gouvernement a toutefois gardé contact avec Titan. Et ce dernier a bel et bien avancé une proposition, comme le confirment différentes sources. Reste à savoir si Arnaud Montebourg a parlé trop vite en parlant d’offre ferme, et pourquoi Titan ne communique pas de manière plus claire. « Les négociations sur le plan social sont encore en cours et dureront jusque début 2014, Titan n’a aucun intérêt à se précipiter » juge un acteur du dossier.

Au global, l’offre de Titan, si elle est confirmée et acceptée, semble arriver bien tard. Certes, elle pourrait permettre de sauver les meubles dans un dossier où les blocages du dialogue social ont amené un site et ses salariés à la catastrophe sociale. Mais la première offre de Titan, qui permettait de sauver 537 emplois avec trois ans et demi de garantie d’emploi était clairement mieux disante. “Aujourd’hui, on pourrait se retrouver à réexamniner une offre avec 200 emplois en moins, c’est un beau sentiment de gâchis » juge une source proche du dossier.

Écrit par Maxime AMIOT
Journaliste



Économie – Google Actualités

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment

*

code

trapez sac fiyatlari kacak bahis