07272017Headline:
antalya escort

La taxe à 75% votée par l’Assemblée nationale – Le Figaro

Sa première version avait été retoquée par le Conseil constitutionnel. Les clubs de foot français continuent de se mobiliser contre son application.

Contestée, décriée, malmenée… mais votée. La taxe à 75% a eu l’aval de l’Assemblée nationale ce vendredi. Cette «contribution exceptionnelle de solidarité» ne concernera que la part des revenus supérieure à 1 million d’euros et ne s’appliquera qu’aux revenus versés en 2013 et 2014. Mesure emblématique, elle avait annulée par le Conseil constitutionnel dans sa première version, jugée confiscatoire.

Elle devrait concerner environ 470 entreprises et environ un millier de dirigeants ou salariés à hauts revenus. Plus restrictive que dans sa première mouture, elle devrait pourtant rapporter davantage: environ 500 millions d’euros en année pleine.

Cette mesure symbolique du quinquennat de François Hollande doit pourtant faire face à un déluge de critiques, à gauche comme à droite. Jean-Luc Mélenchon la juge «absurde», Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef, la prédit «inefficace». Pierre Gattaz, président du syndicat patronal, a même expressément demandé sa suppresion.

Grève ou pas grève, telle est la question. Alors que la taxe à 75% vient d’être votée par l’Assemblée nationale, les clubs de football sont en ébullition. Depuis plusieurs semaines, ils grondent contre cette mesure qu’ils jugent dangereuse pour leur équilibre financier. Cette taxe s’appliquera sur la tranche de leurs revenus supérieurs à 1 million d’euros, dans la limite de 5% de leur chiffre d’affaires. Pour protester, ils envisagent de boycotter certaines rencontres de championnat, au risque que cela leur coûte très cher.

Les clubs avaient encore un infime espoir que la taxe ne leur soit pas appliquée, entretenu par la communication cacophonique du gouvernement sur cette question. Alors que dans un premier temps Pierre Moscovici avait affirmé que la mesure ne les concernerait pas, Christian Eckert, rapporteur général du Budget à l’Assemblée nationale, avait rappelé que «l’égalité devant l’impôt» était «un principe constitutionnel». Finalement, Valérie Fourneyron avait douché leurs espérances dans une interview accordée au Figaro.


Économie – Google Actualités

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment

*

code

trapez sac fiyatlari kacak bahis