07212017Headline:
escort beyoglu

L’intérim à l’hôpital : une plaie à 500 M€ – Le Parisien

La pénurie de médecins, ça coûte une fortune. Dans un rapport qu’il va présenter à ses pairs ce midi et que nous avons pu consulter, le député de l’Isère, Olivier Véran, dresse un état des lieux alarmant du recours des hôpitaux à des médecins remplaçants pour faire tourner la machine.

Six mille médecins, selon ce rapport, exerceraient de manière régulière à l’hôpital en tant qu’intérimaires ou en ayant signé un contrat de gré à gré (hors fonction publique) avec l’établissement. Au , ce phénomène représente près d’un médecin sur dix travaillant à l’hôpital public…

Des tarifs de rémunération jusqu’à six fois plus élevés

Voilà qui constitue une très mauvaise nouvelle pour les patients. Olivier Véran évoque des « risques graves pour la qualité et la sécurité des soins », ces médecins remplaçants n’ayant pas toujours la compétence requise, la connaissance des pratiques et des protocoles locaux. Quant à leur personnel, il n’est pas toujours au rendez-vous, comme le témoignage sans langue de bois que nous avons recueilli auprès d’un directeur d’hôpital en atteste.

Autre problème, et pas des moindres à l’heure de la course aux économies : ce recours à l’intérim occasionne pour l’assurance maladie un surcoût de 500 M€ au minimum. C’est plus de trois fois le déficit des hôpitaux publics en 2012 (147 M€)! Cet état des lieux confirme ce que notre enquête publiée le 10 mai dernier dénonçait déjà comme un scandale à plusieurs étages.

Les sociétés d’intérim profitent de la pénurie pour imposer des tarifs de rémunération jusqu’à six fois plus élevés que le salaire normal d’un médecin titulaire. Selon les cas et les besoins, une journée de travail peut être payée entre 600 et 1500 €, auxquels il faut ajouter une prime de fin de mission (10%), voire le gîte, le couvert et même le transport. A comparer aux 250 € net (RTT et congés compris) que coûte en moyenne un titulaire. Le député évoque des sociétés d’intérim aux tarifs quasi alignés, dont certaines sont installées au Luxembourg. Et dans leurs fichiers d’intérimaires, on trouve en particulier des radiologues, des anesthésistes-réanimateurs et des chirurgiens, les trois types de spécialistes qui font le plus gravement défaut à l’hôpital.

Or, ces spécialités figurent également parmi les mieux payées. Selon une enquête de l’Igas publiée en 2010, ces médecins ont touché en 2008 entre 127500 et 156700 € annuels. Quant aux établissements hospitaliers qui pâtissent le plus des dérives de ce système, ce sont en premier lieu les établissements de petite et moyenne tailles.

Pour tenter d’endiguer l’inflation des tarifs de ces intérimaires payés à prix d’or, le député Olivier Véran a listé 14 propositions. Son rapport devrait inspirer le futur texte sur la « stratégie nationale de santé » voulue par Marisol Touraine. Les directeurs d’hôpitaux en tout cas, se sentant bien seuls face à ce problème, en attendent beaucoup.


Santé – Google Actualités

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment

*

code

trapez sac fiyatlari kacak bahis