02192018Headline:

Rugby Top 14 Oyonnax ne déclare que le positif – L’Equipe.fr

Imaginez plutôt : but de l’ouvreur Barnard d’entrée de match à Colombes et toute la première mi-temps en tête au score. Oyonnax, promu, au fait trembler le Racing-Métro, samedi. Et ça n’a rien de magique. «On a fait une très bonne semaine de travail, avec beaucoup d’investissement de chacun, note Fabien Cibray, le demi de mêlée de l’USO. Tout le monde nous prédisait qu’on venait à l’abattoir, avec une équipe remaniée. On a démontré sur le terrain que le groupe d’Oyonnax a répondu, qu’il y avait de l’homogénéité dans notre équipe

L’entraîneur Christophe Urios, qui fait un peu figure de gourou tant il a œuvré au cœur de ce club, ne dit pas autre chose : «Je savais que l’on était capable de faire ce genre de match. C’est vrai qu’on avait une incertitude aujourd’hui car on a fait beaucoup évoluer l’équipe, on a bougé les lignes. On a maintenant le sentiment que tout le groupe est en Top 14. Le groupe a simplement confirmé notre état d’esprit et notre force mentale
 
Mais voilà, 9-9 à la 48e. Puis 15-9 à la 64e. L’ouvreur international irlandais du RM92, Jonathan Sexton, punissait l’indiscipline d’Oyonnax dans le jeu au sol et autour des rucks, sur des hors-jeu répétés. «Notre manque de discipline vient du fait qu’on a été sous pression physiquement,» précise Urios. A ce moment-là, Oyonnax tenait néanmoins son point de bonus défensif.

«Au fil des matches, on gagne le respect de ce Championnat», apprécie Fabien Cibray Mais à partir de la 69e, deux cartons jaunes ruinèrent ces espoirs. En infériorité numérique, courageux devant leur ligne d’en-but, les Oyonnaxiens cédèrent, encaissant un essai en force, ruinés par l’entrée sur le terrain, devant, de Lauret, Metz, Brugnaut, Lacombe et Tonga’uiha, cinq remplaçants de poids. «Le banc du Racing nous a fait mal et, au fur à mesure, on s’est un peu effrité», note Urios.

«Avoir cette débauche d’énergie pour ramener zéro, c’est désolant, regrettait Cibray. Après, quelque chose de très important pour nous et qui est souvent écrit dans le vestiaire, c’est gagner le respect. Je pense qu’au fil des matches on gagne le respect de ce Championnat et on trouve de la continuité dans nos performances. Certes, la discipline nous a fait défaut mais il y a beaucoup de positif à ressortir de ce match

Si aujourd’hui, Oyonnax émarge à la dernière place du Top 14, après trois journées, avec 4 points, Brive, Perpignan et surtout Biarritz, le prochain adversaire de l’USO (mercredi, 19h00) ne sont qu’à une unité devant. Les deux prochaines rencontres, contre Biarritz, donc, puis Castres, à Charles-Mathon, nous dirons si Oyonnax peut espérer se maintenir dans l’élite, cette saison.


Gros plan – Google Actualités

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment

*

code