07222017Headline:
escort beyoglu

Thiriez ne veut pas lâcher prise sur la taxe Hollande – Football.fr

Thiriez continue notamment de défendre la L1 à 18 clubs et la fin des privilèges de Monaco. (Reuters) Ligue 1

Réagir

Les semaines, les mois passent et Frédéric Thiriez ne se déroute pas de sa ligne de conduite. Mardi soir, le président de la Ligue de football professionnel a tenu bon face aux critiques qui se sont abattu contre lui ces derniers temps notamment sur les dossiers monégasque, taxe Hollande et Ligue 1 à 18 clubs.

Les derniers mois de présidence de Frédéric Thiriez à la Ligue de football professionnel ont été agitées, et la suite de son deuxième mandat le sera tout autant. En effet, de nombreux dossiers chauds sont posés sur la table du dirigeant et vont nécessiter une lutte de tous les instants. Le premier d’entre eux, qui s’est fait connaître au printemps derniers durant la campagne présidentielle du candidat qu’était alors François Hollande, concerne la taxe sur les hauts revenus.

Frédéric Thiriez a toujours souhaité que cet impôt spécifique ne soit pas appliqué au football, Valérie Fourneyron, la ministre des Sports, confirmant il y a peu le contraire. “Cet impôt est antiéconomique, a martelé l’intéressé au cours d’une émission siglée Orange-Le Figaro. Nous avons demandé que cette taxe ne soit réservée qu’aux grandes entreprises, ce qui était d’ailleurs le projet initial du président de la République François Hollande. On ne nous a pas suivis. Nous avons aussi demandé que cette mesure ne frappe que les contrats conclus après l’entrée en vigueur de la loi. Le gouvernement ne nous a pas non plus écoutés puisque cette taxe est rétroactive“.


Dans l’incapacité de payer

Frédéric Thiriez

Mme Fourneyron a elle proposé un plafonnement de cet taxe à 5% dans le monde du ballon rond, ce qui ne convient toujours pas au président de la Ligue. “Le plafonnement de la taxe est une mauvaise idée. Il bénéficie aux clubs les plus riches. Selon notre chiffrage, que la ministre a reconnu, la taxe à 75 % induit 44 M€ de charges fiscales supplémentaires pour les treize clubs français concernés. Certains présidents me disent qu’ils sont dans l’incapacité de payer, souligne-t-il. Seul le PSG peut le supporter. Paradoxe de l’histoire, Monaco n’y est même pas soumis. C’est la raison pour laquelle l’AS Monaco doit se mettre en conformité avec la fiscalité française“.

Et le deuxième dossier chaud revient sur le devant de la scène. Depuis toujours, le club de la Principauté n’est pas soumis au même régime que les autres clubs professionnels évoluant dans le championnat de France. Frédéric Thiriez veut que ça change, ce qui fait grincer des dents sur les Rocher. Et pour terminer, l’homme continue de défendre son souhait de faire rapidement repasser la Ligue 1 à 18 clubs au lieu des 20 actuels, et ce pour répondre à une crise économique évidente.

Frédéric Thiriez a donc du pain sur la planche pour les semaines et mois à venir, et ce afin de soutenir un football hexagonal qui ne se porte pas très bien et dont Valérie Fourneyron a clairement remis en cause le modèle économique. Il n’est donc directement plus question de sport dans ces débats…


Sport – Google Actualités

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment

*

code

trapez sac fiyatlari kacak bahis